MAT: Mouvement Art Technologie
Dimanche 19 juin à 15h00 - Résultats de la vente aux enchères

 

Retour à la liste
Lot sur 94
Adjugé
580 €
Adjudication prononcée
par Anguerran DELÉPINE-SIBILLE,
le 19/06/16

Le commissaire-priseur

Anguerran DELÉPINE-SIBILLE

Anguerran DELÉPINE-SIBILLE

Commissaire-priseur


Voir sa fiche »

L’expert / consultant

Franck ANCEL

Franck ANCEL

Expert en art contemporain


Le contacter »

Lot 11
# 411 vues Partager :
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer cette page à un ami

France Cadet (1971)

« Petits Rats » - 2011

Puzzle

Multiple (5 exemplaires + 1 EA exemplaires)
H: 40 cm - L: 50 cm

Adjugé   580 €    le  19/06/16

Triptyque photo numérique monté sur puzzle, cadre en bois beige sous verre. Numéroté 2 sur 5.

Les avancées technologiques actuelles en matière de nanotechnologies réduisent de plus en plus les frontières entre le vivant et l’artificiel, introduisant de l’artificiel dans le vivant et vice-versa. Ces frontières devenant de plus en plus perméables, nous tendons à nous diriger vers le modèle du cyborg de Donna Haraway et la notion postmoderne unique de nature-culture, déconstruisant les binarismes du corps entre nature et culture, objet et sujet… Dans le triptyque Petits Rats (2011), montrant un série de trois puzzles avec trois danseuses identiques, révélant chacun l’anatomie externe (l’épiderme) ou interne (système musculaire et osseux) de la même danseuse, des pièces ont été échangées entre ces dernières, telles des greffes d’organe ou de tissus entre les sujets. Pareillement, des permutations similaires ont étés effectuées entre les pièces de ce diptyque Ballerines (2011), représentant une danseuse humaine et son alter ego robotique, telles des prothèses ou greffes artificielles.

À propos de FRANCE CADET

Scientifique détournée par l’appel de l’art, France Cadet n’est pas la première excentrique à développer une certaine fascination pour la robotique. Elle réalise des opérations de chirurgie électronique sur des robots chiens, les ouvre, les pirate, modifie leurs formes et les reprogramme entièrement avec des comportements inhabituels. Ses installations multimédia, souvent ludiques et grinçantes, nous interrogent sur les technologies et leurs débordements et sur la relation ambiguë qu’entretient l’homme avec l’animal, qu’il soit robotique ou de chair et de sang.